Happy 3 months & bla-bla grossesse.


Baby, BLABLA / Tuesday, December 4th, 2018

Mardi 4 décembre 2018, 17h41.

 

Je me décide enfin à poser les mots et les maux sur mon clavier.

Mon Dieu… quel chemin parcouru… Je suis pleine d’émotions, les yeux larmoyants mais la banane jusqu’aux oreilles.

Je n’ai pas préparé mon article, je vais juste laisser les choses venir d’elles mêmes, ce sera peut être un peu brouillon mais on s’en fiche.

Je veux vraiment essayer de ne plus attendre pour partager les choses car le temps file à tout allure et on ensuite on oublie.

 

Aujourd’hui Ava a 3 mois, c’est passé tellement vite et ça me fait tellement bizarre de me dire que ces 3 premiers mois de vie qui sont passés si vite ont pourtant été un calvaire durant le premier trimestre de ma grossesse.

Ce bébé tant désiré, tant espéré qui s’est accroché à la vie alors que le pronostic était plus que mal engagé.

L’immense joie de l’annonce de ma grossesse a très vite laissé place à l’angoisse de la perte, encore une fois. ( j’avais déjà fait une fausse couche en juillet 2017, et je m’en remettais à peine moralement et même physiquement suite à des complications et une deuxième opération …) Bref, on s’était dit d’attendre avant de réessayer histoire que tout se remette bien en place et que je sois plus positive et forte.

 

J’apprends donc ma grossesse suite à un test urinaire positif sauf que déjà je perds du sang, de plus en plus… j’ai mal au ventre, je ne me sens pas bien, l’angoisse m’envahit … la magie des fêtes disparait en une seconde.

On me fait 2 prises de sang a quelques jours d’intervalle pour vérifier si mes taux d’hormones ont évolué et verdict, grossesse confirmée.

Je me mets au repos et j’attends mon rdv début janvier chez une nouvelle gynécologue ( j’ai fuit l’ancien cabinet … bref c’est une autre histoire…) sauf que grosses pertes de sang et nous voilà aux urgences le 1er janvier. 2018 commençait en beauté pour nous.

J’étais décomposée et Paulo , lui faisait bloc et était super positif. C’est là, dans cette salle d’attente horrible de Bichat, que le challenge candy crush a commencé! 

Vous savez… ces espèces de défis qu’on se lance pour avancer et focaliser sur autre chose.

Donc si Paulo réussissait à gagner le niveau candy crush, tout irait bien, les résultats seraient bons.

Arrive mon tour, je passe l’échouez et là on me dit “il s’agit bien d’une grossesse évolutive”, on tourne l’écran et là je vois ses mini cellules cardiaques se contracter! Son petit coeur bat, on arrive même à l’entendre, chose très rare à ce terme. il bat et il bat fort.

Pas de réelles explications concernant les saignement à ce stade, ça peut arriver, mais repos, arrêt de travail et patience.

On repart complètement chamboulés, heureux et à la fois distants pour ne pas souffrir d’une seconde perte.

A partir de cet instant on retournera à Bichat au moins 6 fois en urgence, donc une fois avec les pompiers… à chaque fois, je saigne de manière hémorragique , à chaque fois on me dit que c’est 50/50 niveau chance, puis un jour on me demande mon âge, et on me répond que je suis jeune, que j’en ferais d’autres et que là clairement ça craint, mon décollement est plus important que le sac gestationel, en gros …elle ne tient a presque rien, chaque semaine on est suivi, on la voit se battre pour vivre, elle s’accroche, je suis son hôte, je ne fais rien, je reste dans le canapé, je prends une douche rapide tous les deux jours, Paulo cuisine le soir un peu plus pour que je réchauffe le lendemain midi.

S’engage alors une bataille, une longue période d’angoisse, il faut tenir ce premier trimestre, j’ai un traitement et donc des échos toutes les semaines, on la voit grandir, on a même le droit à l’échos 3D quand elle ne ressemblait qu’à un hyppocampe. Son coeur est fort, elle évolue super bien, les échanges se font correctement. Mais moi je saigne toujours beaucoup et cela tous les jours.

 

C’est en la voyant forte à chaque écho que je décide un matin de l’appeler Bambou, on ne sait pas si c’est une fille ou non, on sait juste qu’on se bat tous les trois de toutes les manières possibles.

Tous les jours je lui parle, je caresse mon ventre de bas en haut en lui répétant “accroche toi mon Bambou, tu est forte comme le bambou, il plie mais ne casse pas…accroche toi”

(bon je fais une pause je ne vois plus mes touches …)

 

Et puis les semaines défilent, lentement, très lentement, j’ai mal partout, mon corps est meurtri, je n’ose pas bouger, je me fige, je passe mes journées à dormir, je suis épuisée… Puis les saignements ralentissent, on avance vers la fin du troisième trimestre, on passe faire une énième écho et là bonne nouvelle!  il reste à peine une trace du deuxième décollement, le premier s’est résorbé. 

On est usé, le stress retombe petit à petit mais pas totalement et avec le feu vert de ma gynécologue on prend le train pour Avignon, histoire de changer d’air mais tout en restant au repos, ne pas marcher longtemps, juste profiter du bon air et de la maison de vacances avec la belle famille. Je me réjouis, je suis hyper positive, je m’endors dans le TGV, Paulo me réveille 5min avant l’arrivée, je me lève de mon siège et la c’est le drame… Je perds une quantité de sang hyper impressionnante… je suis paniquée … on récupère la voiture de location et on file aux urgences encore une fois.

je ne sais plus m’arrêter de pleurer, pour moi là c’est fini, c’est trop pourtant j’avais déjà eu des hémorragies mais jamais aussi fort.

La bas pas de gyneco, je me retrouve sur une table sans étriers avec un radiologue qui me fait l’écho est qui me dit que le coeur bat tes mais que le décollement est vraiment très gros…que la route pour arriver à la maison et le train de retour ne sont vraiment pas bons…

Je vais passer mes journées dans la chambre à l’étage, coupée de tout le monde, je me lève uniquement pour aller au toilette et prendre les repas avec la belle famille et encore… pas tous.

On rentre sur Paris quelques jours plus tard et là c’est le drame, Paris est totalement bloqué sous la neige, les taxis circulent mal, UBER aussi et ne parlons pas des prix demandés. On doit se résigner à prendre le ou plutôt les métros pour rentrer, on est à l’opposé de l’appart. 

Je vais devoir marcher, monter et descendre des escaliers, être ballottée dans les métros. Je pleure..encore, les gens me dévisage, je tiens mon ventre, je suis pliée en deux, je saigne beaucoup… j’ai des couches pour adultes incontinents qui se remplissent en moins de 2h.. Je au bout, je suis à bout… Paulo n’arrive pas à me raisonner. On s’engueule, il subit tout ça de manière différente, il est encore plus impuissant que moi. 

Je m”en veux d’avoir pris ce train surement trop tôt, je supplie mon Bambou de me pardonner et de s’accrocher. J’y crois, on a établi ce lien toutes les deux, je le sais, je le sens. 

Je me repose, je passe mes journées à ne rien faire, j’hiberne, finalement ça tombe bien dehors c’est glacial, à l’heure ou j’écris c’est comme ci mon cerveau avait fait reset, tout est flou pourtant ce n’est pas si loin.

Puis on passe enfin le cap du premier trimestre, il n’y a plus de décollement  mais je saigne toujours, peu mais quand même… il faut du temps pour que tout s’évacue. Mon ventre est déjà bien rond quasi depuis le début.

 

Mon ventre est devenu un bouclier de l’extérieur et de l’intérieur je relâche tout depuis le début, je ne serra pas mes abdos, je laisse ce ventre s’exprimer et s’épanouir, j’ai mal partout, j’ai des bas de contention, mes articulations sont super douloureuses mais j’ai le droit de sortir tous les jours un peu, ne pas marcher longtemps car après j’ai les escaliers à remonter et ça c’est super mauvais.

 

(Punaise je ne sais plus m’arrêter… c’est difficile de synthétiser tout ça… si t’es encore entrain de lire … chapeau! hihi! Je me rends compte que ça me décharge même si ça me parait loin c’est quand même un sacré parcours, ‘ mois c’est long quand tous les jours tu es dans la crainte. )

 

Depuis le début et ça ne s’invente pas! j’utilise l’application petit Bambou que j’ai découverte après l’avoir surnommée comme ça alors c’était drôle! et je sors de mon hibernation, je me renseigne, je lis , je commence la méditation depuis mon lit et ça me fait le plus grand bien! 

Petit à petit les échos s’espacent, on y va tous les quinze jours, et a chaque fois j’ai peur, parce que punaise on a la guigne… enfin moi, depuis toujours.. on a du refaire un examen complémentaire pour la trisomie car j’étais dans une tranche de résultat à faible risque mais à risque quand même… J’avais la rage ce jour là!

S’être battues, s’en sortir, commencer à voir le bout du tunnel et se prendre cette nouvelle en pleine gueule et surtout devoir attendre les résultats ( 15 jours environs) du deuxième examen, payant en plus et pas qu’un peu …C’était à nouveau l’angoisse. On apprend en même temps que c’est une fille, bizarrement j’ai toujours cru que c’était un petit mec! on est trop content,  Paulo est fier, et son prénom nous vient comme une évidence en tête de liste avec d’autres et se confirme lorsqu’on regarde la signification .

Ava veut dire vivre en hébreu , alors quoi de mieux pour cette petite warrior qui s’est accrochée à la vie?

Mais ça restera secret jusqu’à sa naissance. Tout le monde l’appelle Bambou.

On arrive dans le 5eme mois, je commence seulement à me détendre mais j’ai toujours peur de la perdre… la crainte ne disparait pas, peur qu’elle ait manqué de quelque chose, tout ce sang perdu, la fatigue importante… des doutes, toujours… mon sourire m’a quitté, je fais bonne figure, mes proches souffrent et ont souffert, je me suis murée dans le silence, je me suis mise dans ma bulle pour me concentrer uniquement sur mon cocon, parler me fait mal, c’est simple je fais une phrase et ma gorge se serre, les larmes montent et je me le suis toujours interdit depuis le début car chaque sanglot la secouait et dans ma tête ça voulait dire qu’elle pouvait se détacher un peu plus. Alors voilà, c’était une épreuve pour tout le monde. Mais je redeviens hyper positive, je sors plus, les beaux jours arrivent, j’adore le printemps, et comme une belle fleur, mon ventre s’épanouie, et mon appétit aussi, le sucre me rend dingue alors qu’avant pas du tout, je me régale, on rattrape le temps “perdu” avec Paulo, on se fait pas mal de restos mais cette période fastueuse ne durera pas! 

Test au glucose et biiiiiiiiim me voilà avec un diabète gestationel! Je chiale à l’annonce, c’est la goute de trop. Pourquoi “on” s’acharne sur ma grossesse? J’en veux à la terre entière, je suis en colère, je déteste les aiguilles et là on me dit que je dois me piquer 6 fois par jour…Plus un régime alimentaire très strict, avec pesée des aliments etc… 

J’ai mis quelque semaines a accepter et à trouver mon équilibre pour continuer à me faire plaisir sans sucre ajouté et avec des collations variées.

Puis arrive le dernier trimestre, celui qu’en général on dit plus difficile, plus long, celui ou tu te sens moins bien , moins en forme…

Pour moi ce fut tout le contraire!

Je me suis épanouie plus que jamais, je me suis sentie vivante, femme, maman déjà, j’étais heureuse, je retrouvais enfin mon sourire et mon petit Bambou plus fort que jamais à faire des cabrioles dans mon ventre!

Je masse le ventre chaque soir comme depuis le début et je continue de lui parler comme depuis le début, elle est déjà super réactive c’est impressionnant…Je suis la plus heureuse et encore plus quand on passe ce cap du bébé préma. 

Là je goute enfin aux joies de la grossesse épanouie, celle que vivent la plupart des femmes. Pourtant je ressemble à une boule, j’ai de la rétention d’eau ++++ mes orteils ressemblent à des knacki balls, la canicule est juste une horreur mais les quelques semaines à la mer m’ont fait le plus grand bien. Chez ma mère, loin de Paulo la semaine mais c’était juste un four à l’appartement donc pas le choix ou plutôt si! j’avais cette possibilité et puis il venait les we!

Le dernier se fait à Paris, au cas ou… et il passe super vite! On a hâte et elle se fait attendre! Après 3 jours de faux travail, elle décide à arriver dans nos vies pour notre plus grand bonheur à J-1 après 27h de “vrai” travail et moult péripéties (je vous l’ai dit… je ne fait jamais rien comme tout le monde ! Mais là on repart pour un roman donc le récit de l’accouchement ce sera pour plus tard!)

 

Aujourd’hui elle a 3 mois + 9 mois de grossesse ça veut dire 12 mois, 1 année de cohabitation avec ce petit Bambou, ce bébé merveilleux, ce cadeau de la vie et décembre, dernier mois de l’année 2018. La boucle est bouclée.

 

Souvent en message vous me dites que je rayonne, c’est gentil, et c’est vrai, je suis comme illuminée de l’intérieur par ce bonheur d’être sa maman et de l’Amour qui déborde.

 

La vie n’est pas toujours facile et parfois le sort s’acharne, mais il faut s’accrocher et toujours y croire, ne pas regarder si l’herbe est plus verte ailleurs mais plutôt cultiver son jardin intérieur. S’extasier des petits bonheurs du quotidien, être une bonne personne, sincère et honnête, une question de karma tout ça.

 

Voilà il est 19h26, j’ai enfin tout écrit. ou presque. je pourrais continuer encore mais on va s’arrêter là pour aujourd’hui.

 

Je pense que je ne vais pas me relire de suite donc désolé pour les fautes mais mon petit baby me réclame, je file.

Joyeux moiniversaire mon Ava Bambou.

 

 

 

 

 

 

10 thoughts on “Happy 3 months & bla-bla grossesse.

  1. Très touchant, la vie nous apporte tellement d’épreuves et celle ci en était une sacrés pour vous 🙏🏻
    (J’en ai eu des frissons en te lisant…)

    Aujourd’hui ça fait votre force !!!

    Et vous avez eu un sacrés courage et se dire que vous vous êtes soutenu malgrès une période très difficile de votre vie.

    La vie est tellement courte alors
    profitais de chaque instants ✨

    Force à vous et à toi surtout ❤️

    1. Merci Lamia!
      C’est clair que cette grossesse nous a chamboulé et mis à rude épreuve mais ça a solidifié notre couple encore plus! On est une petite bande de guerriers maintenant !
      Bisous

  2. Whaou !!! Juste whaou !!! Quelle belle histoire au final, quelle force tu/vous avez eu !! Et surtout quel beau bébé ! Je vous souhaite une belle vie ✨🤗

    1. Oh… Merci beaucoup! On ne soupçonne pas la force et le courage que l’on a en soi tant que l’on a pas vécu ce genre de situation…
      Aujourd’hui et jusqu’à la fin de mes jours, je déplacerai des montagnes pour ce petit Bambou de la vie.

  3. Que d’émotions en lisant ton article. Que d’épreuves pour toi, pour Ava, mais aussi pour Paulo. Je suis sincèrement hyper heureuse pour vous. Je vous souhaite beaucoup de bonheur et de sérénité dans votre nouveau cocoon tous les 3. Ava est une warrior, il n’y a pas d’autre mot. Elle va tout déchirer dans la vie ! 🙂

    1. Hihi!!! Elle a intérêt de tout déchirer!!! lol! on sera derrière ses fesses haha!
      C’est clair que je parle peu de Paulo, je respecte son intimité , mais mon Dieu… Heureusement qu’il était là et surtout, lui qui est sur du 220 tout le temps, il arrivait à être calme et à m’apaiser… je n’aurai pas pu rêver meilleur comportement aux vues de la situation…
      Merci pour ton mot Fanny!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *